Quel psy choisir ?

Quelle est la différence entre Psychiatre, Psychologue, Psycho-praticien, Psychanalyste et Psychothérapeute ?

Bien souvent, il y a une grande confusion entre tous les métiers de la relation d’accompagnement thérapeutique. Bien que, pour tous ces métiers leur objectif est d’accompagner une personne vers un Etat de mieux être, leurs méthodes restent différentes. Voici un petit éclaircissement sur les différentes pratiques « psys » :

PSYCHIATRE :

Le psychiatre est un médecin, diplômé de la faculté de médecine. De tous les « psys », c’est le seul qui puisse prescrire des médicaments : antidépresseurs, anxiolytiques, thymo-régulateurs etc…

De part sa formation, il propose principalement un accompagnement aux personnes souffrant de pathologies mentales (notamment les psychoses comme la schizophrénie ou la paranoïa). Ce traitement leur permet de vivre le plus confortablement possible avec leur maladie.

Néanmoins, certaines personnes, présentant des troubles plus légers, consultent un psychiatre pour bénéficier d’une psychothérapie à moindre frais car les prestations des psychiatres sont couvertes par le régime de l’assurance maladie. Cependant, il est nécessaire de souligner que tous les psychiatres ne sont pas formés à la pratique de la psychothérapie, leur formation en médecine ne fait pas obligatoirement d’eux des spécialistes de la psychothérapie.

Soulignons également qu’il n’est pas nécessaire d’avoir suivi une psychothérapie soi-même pour devenir psychiatre.

PSYCHOLOGUE :

Le psychologue est une personne diplômée de 3ème cycle (DESS ou DEA) de la faculté de psychologie, spécialiste des processus mentaux.

Cette formation universitaire porte essentiellement sur l’étude du fonctionnement biologique du cerveau, sur les symptômes liés aux psychopathologies et troubles mentaux, et sur les « tests et outils de diagnostics ».

Il intervient dans plusieurs domaines comme l’éducation, le travail, le sport, pour améliorer le bien-être de l’individu et son équilibre psychique. Par conséquent, selon sa formation, il utilise des méthodes d’intervention spécifiques basées sur des approches théoriques variées.

Maintenant, il n’existe pas un seul et même programme pour toutes les universités nationales. Selon les universités, les disciplines dites « scientifiques » comme les statistiques, la méthodologie ou les neurosciences pourront être très représentées ou presque pas. C’est pour cela que dans certaines universités, la psychologie clinique sera imprégnée de l’approche psychanalytique alors que les étudiants de l’université voisine n’en entendront quasiment pas parler.

Les prestations des psychologues peuvent être couvertes par le régime de l’assurance maladie à condition d’avoir une prescription médicale et de se rendre dans un centre agrée par la sécurité sociale (les centres médico-psychologiques ou CMP).

Comme pour les psychiatres, soulignons, qu’il n’est pas nécessaire d’avoir suivi une psychothérapie soi-même pour obtenir son diplôme d’Etat et accompagner des patients en psychothérapie.

PSYCHANALYSTE :

La formation des psychanalystes n’est pas encadrée par l’Etat. La formation théorique est dispensée dans une école psychanalytique ou bien dans le cadre de l’une des sociétés de psychanalyse.

Il faut remplir trois conditions pour devenir psychanalyste :

  • Le psychanalyste doit avoir effectué une analyse personnelle afin de bien comprendre les mécanismes de son inconscient
  • Il doit commencer à pratiquer les analyses sous le regard d’un analyste superviseur ou d’un groupe d’analyste, selon les écoles.
  • Il doit également entreprendre un travail clinique et théorique continu avec d’autres analystes pour compléter sa formation.

La psychanalyse, c’est l’étude approfondie du fonctionnement psychologique d’une personne. Le rôle du psychanalyste est de comprendre l’inconscient : il écoute, analyse, le discours de son patient pour en cerner le cheminement.

Le psychanalyste reçoit ses patients sur un « divan ». Il se place derrière pour que le patient ne le voit pas. Ces caractéristiques encouragent la confidence.

PSYCHOTHERAPEUTE :

Depuis la loi d’août 2009 et le décret de mai 2010, est psychothérapeute :

les psychiatres,
les médecins qui ont effectué des stages en ce sens,
les psychanalystes et les psychologues qui ont effectué des formations complémentaires,
les psychothérapeutes, qui pratiquaient déjà depuis cinq avant cette loi, et qui sont passés devant une commission.

PSYCHO-PRATICIEN :

Il s’agit aujourd’hui du terme utilisé pour regrouper tous les professionnels pratiquant la psychothérapie. Un psycho-praticien est un professionnel de la psychothérapie.

Un bon psycho-praticien professionnel reconnu par ses pairs présente plusieurs caractéristiques:

  • Il a une solide formation en psychologie, acquise au sein d’instituts privés ou publics
  • Il maitrise la pratique d’une ou de plusieurs méthodes thérapeutiques (La psychologie analytique, l’Analyse Transactionnelle, la Programmation Neuro-Linguistique)
  • Il a effectué une analyse personnelle afin de comprendre en profondeur ses mécanismes.
  • Il assiste à des supervisions individuelles ou / et collectives, composées de professionnels de la relation d’aide ainsi qu’un engagement à respecter le code de déontologie.

Le psycho-praticien est un spécialiste de l’écoute. Certaine mutuelle ou assurance assurent une partie de prise en charge.

Soit quatre  professions différentes, souvent complémentaires pour vous soutenir dans votre démarche selon le temps de votre thérapie et vos attentes.

LA FF2P
Fédération Française de psychothérapie et psychanalyse

Les remous de ces dernières années autour du titre de psychothérapeute nous confortent dans la vocation qui a toujours été la notre : défendre avec rigueur un exercice spécifique, celui de la psychothérapie et rassembler les praticiens de cette discipline qu’ils soient psychiatres, psychologues, psychanalystes, psychothérapeutes ou psycho-praticiens à condition que ces professionnels et que les écoles qui les forment se soumettent aux exigences que nous avons définies au niveau européen et qui visent à protéger le public.
Nous exigeons donc des professionnels sérieusement formés soucieux du respect de la personne humaine, conscients des responsabilité de leur métier, responsables d’eux-mêmes et des personnes qui s’adressent à eux et en formation continue car le monde de la psychothérapie est en mouvement permanent.
Pour nous, cette représentation de la profession et cette visée éthique sont inhérentes au métier que nous voulons et que nous défendons.

1500 personnes figurent dans l’annuaire de la FF2P.

Ils sont psychologues, médecins, psychiatres, psychothérapeutes et psycho­praticiens, certifiés ou en cours de certification finale dans leur méthode de référence.

Quel que soit leur titre, tous les membres de la FF2P doivent justifier :
– d’une psychothérapie personnelle (ou psychanalyse) approfondie,
– d’une formation théorique, méthodologique et pratique à une méthode reconnue,
– d’une formation en psychopathologie clinique,
– d’une supervision permanente tout au long de la pratique professionnelle,
– d’un engagement à respecter le code déontologique de la profession,
– d‘une accréditation par une commission nationale de pairs.

Ces critères rigoureux sont ceux qui ont été établis par la Déclaration de Strasbourg sur la psychothérapie signée le 21 octobre 1990 par des représentants de 14 pays d’Europe de l’Ouest et de l’Est et constituant la pierre angulaire de l’Association Européenne de Psychothérapie qui regroupe aujourd’hui 120 000 praticiens en psychothérapie dans 41 pays.

Nous sommes, en France, le seul organisme habilité à délivrer le CEP (Certificat Européen de Psychothérapie).

Je suis psycho-praticienne,

affiliée à la FF2P et à son code de déontologie,

titulaire du CEP,

adhérente à la SOFRAPSY ,

et

supervisée.